Tout d’abord, merci à votre patience d’attendre aussi gentiment la suite des aventures (qui s’allonge encore et toujours) de Chloé et de Jeff. Si la tendance se maintient, Un homme à tout faire sera le roman le plus long que j’aurai écrit (après Zoé). Déjà 336 pages au compteur (sur 344, signe que j’ai des idées pour la suite). J’en ai pour 500 à ce rythme.

Dans un monde idéal, j’aurais aimé 45 chapitres de chaque côté (dans la tête de Chloé, puis dans celle de Jeff), mais ça me paraît déjà impossible (vu ce qui s’en vient). Et puis, autant le dire, c’est extrêmement complexe d’écrire du point de vue de Jeff, surtout après avoir passé autant de temps dans celle de Chloé. Bref…

Quand je construits une histoire, j’ai environ 2 ou 3 scènes clés dans ma tête. Ces scènes sont les pivots marquants de mon histoire. Je créé mes personnages en fonction d’elles et c’est vers elles que je guide mes personnages (à la manière d’une souris dans un labyrinthe). Pour Un homme à tout faire, il me reste encore deux scènes à écrire. Cela ne signifie pas que les autres, je ne les ai pas en tête, mais disons qu’elles coulent de sources.

C’est donc à suivre, mais je suis loin d’en avoir terminé avec eux.

Et pour ceux qui ne le savent pas, c’est la Saint-Valentin. J’aurais aimé offrir un petit quelque chose de romantique, mais sachant ce qui s’en vient dans mon histoire, je garde mes guimauves pour Jeff et Chloé qui en auront bien besoin.

Sur ce, je retourne dans la tête en bordel de Jeffrey…

Et… oh! Passez une belle Saint-Valentin!