Je ne pensais pas faire un billet de blogue aujourd’hui, mais je ne pouvais passer sous silence l’arrivée de ma toute nouvelle couverture d’Annabelle qui paraîtra chez Milady à la fin du mois d’avril. Une chose est sûre, cette édition sera très retravaillée. D’abord parce que mon éditrice est un tyran (merci à elle), mais aussi – et surtout – parce que ce texte datait et qu’il était rempli de maladresses. Je peux vous assurer que je suis passée par toute la gamme des émotions en le relisant (cela va du « non! pourquoi t’as accepté de publier ce texte? » à « Seigneur, t’as vraiment écrit ça? Es-tu complètement folle? » Réponse: un peu).

L’avantage de publier sous pseudo, c’est de pouvoir écrire l’histoire sans avoir à se soucier du regard externe (quoique, à l’époque, je ne pensais jamais publier ce texte, pas même sous pseudo). Et je vous avoue que j’ai une fâcheuse tendance à oublier mes histoires une fois qu’elles sont terminées. Oh, je me souviens de la ligne directrice et de certaines scènes (pas vous?), mais généralement, quand mes personnages sont casés, je m’intéresse aux suivants et tout le reste disparaît de mon esprit. Inutile de dire que j’ai été un peu sous le choc en revenant sur ce texte (que je n’avais pas relu depuis environ 2 ans).

Première nouvelle, j’en suis toujours aussi amoureuse! Mais j’avoue que j’ai été parfois sidérée par le comportement de John (oui, même moi, il me trouble). Pourtant, c’est un personnage que j’adore. Vrai, dur, plein de paradoxes. Je me souviens avoir écrit le tome 2 parce que je voulais qu’on le comprenne mieux, mais comme on reste toujours dans la tête d’Annabelle, ce n’est pas évident. Et en relisant le tome 1, plein de détails me sont revenus à son sujet (certains expliqueraient quelques uns de ses gestes), mais à cause du point de vue que j’ai choisi, je réalise que tout n’est pas indiqué.

Bref, un jour, je vous spoilerais sûrement plein de trucs à propos de John.

Sinon, ce que je peux vous dire, c’est que ce texte sera encore plus fort dans cette nouvelle mouture. On a volontairement fait monter la pression. J’irai peut-être me cacher dans un buisson à la sortie du texte (quoique… en avril au Québec, je ne risque pas de cacher grand-chose). Et pour ceux et celles que ça intéresse, voici quelques potins: John a changé de nom de famille a changé et le titre du roman sera différent au Québec (car nous avons déjà une série qui porte le nom Annabelle – et pas du tout dans le même genre). Il y aura forcément couvertures. En ce qui à trait à la structure du récit, cela reste semblable, sauf que certaines scènes ont été retirées et que d’autres ont été revues et parfois bonifiées. Mais comme le boulot n’est pas encore fini, je préfère rester évasive. Tout ça peut encore changer.

Et lorsque je regarde le document qui a été révisé, je peux dire sans l’ombre d’un doute qu’il ne reste plus beaucoup de phrases intactes. La ligne verticale, à gauche, ça signifie qu’il y a une modification sur la ligne, et le rouge, c’est ce qui a été supprimé. Ce n’est pas un nouveau texte auquel vous aurez droit, mais presque!

adfsdf

Tout ça pour conclure sur une jolie note: la nouvelle couverture de ma petite Annabelle. Est-ce qu’elle n’est pas jolie?

minianna

Commentaires

commentaires