On poursuit la tradition avec un 2e mardi citation. Cette semaine: la mise en place d’un petit trio. L’extrait est tiré d’une histoire qui est bien avancée: SOS Fantasmes, mais qui dort sagement dans mon tiroir numérique.

Lorsqu’il faufile sa bouche près de mon oreille, sa voix résonne, douce et chaude :

— Tu es très belle, Emma…

Il recule pour me dégoter un sourire charmeur. Merde. Il est vraiment à tomber par terre. Et mon corps ralentit, suivant le rythme qu’il me dicte sans la moindre hésitation. Malgré la musique, nous tangons de gauche à droite, lentement, jusqu’à ce que sa cuisse se fraye un chemin entre les miennes et que, sous peine de perdre l’équilibre, je m’accroche à sa nuque. On dirait que nous dansons une lambada sur une trame sonore qui n’a rien à voir. Sa poigne se fait plus ferme dans mon dos et je hoquète lorsqu’il se permet de caresser ma jambe qu’il remonte contre lui.

— Je sens qu’on va bien s’entendre, Emma, chuchote-t-il en me serrant contre lui.

Sa bouche embrasse mon oreille, puis dérive dans mon cou. Là, j’avoue que je reste un moment à savourer la façon dont il m’excite. Et ce petit balancement force mon sexe à venir prendre appui contre sa cuisse. Pour un peu, je m’y frotterais et je prendrai mon pied, ici, devant tout le monde.

Je sursaute lorsque je sens des mains m’enserrer autour de la taille et me toucher sous les seins. Une autre bouche se met à m’embrasser le cou, de l’autre côté.

— Magnifique, entends-je.

Peter vient cueillir ma bouche et je réponds à son baiser pendant qu’un autre corps, celui de Marc probablement, se frotte derrière moi. Je suis là, entre deux corps massifs, à tanguer de gauche à droite, mais je ne contrôle plus rien. Jamais je ne me suis sentie aussi désirable de toute ma vie, et je lâche un gémissement de plaisir lorsque mes lèvres retrouvent leur liberté.

Sara Agnès L.

SOS Fantasmes