C’est mardi! Allez, aujourd’hui, je mets un peu de piment dans votre lecture et je vous présente un couple explosif qui verra le jour chez Milady en avril prochain. Il s’agit d’Olivier et d’Amy dans Contrat avec un salaud.

Aww! Que j’ai hâte de vous les présenter, ces deux-là!

Dès qu’elle grimpe sur le lit, je la pousse et la bouge à ma convenance. Elle est un peu molle. Voyons un peu comment je vais la réveiller.

— Sur le dos. Écarte les cuisses, ordonné-je.

Dans un soupir un peu blasé, elle s’exécute et glisse un bras derrière sa tête.

— Note à moi-même : installer un poster au plafond de ma chambre pour avoir quelque chose de plus stimulant à regarder lors de mes prochaines baises. Un beau mec, de préférence.

Alors que je m’apprête à la rejoindre sur le lit, je me fige, étonné par sa remarque.

— Tu crois que tu auras le temps de contempler ton plafond, Poupée ? la questionné-je, sans essayer de masquer ma surprise.

Elle reporte son attention sur moi et rétorque:

— Oh, mais ne t’en fais pas. Tu ne seras pas le premier à qui ça arrive. Ni le dernier. Et puis, huit minutes, ce n’est pas la fin du monde non plus. Au moins, tu m’as fait jouir. Ce sera toujours ça de pris.

Je la scrute, la bouche ouverte, légèrement choqué par ses propos. Ma parole, elle me prend pour un incompétent ! Tant pis pour la baise, je jette le préservatif sur le sol et je ne prends même pas la peine de lui répondre. J’écarte ses cuisses et je viens embrasser son sexe. Elle sursaute à mon contact et je la sens qui se raidit.

— Mais… qu’est-ce que… ?

J’émerge de son humidité et je lui offre un regard malicieux.

— Regarde bien ton plafond, Poupée. Quelque chose me dit qu’il va bientôt disparaître de ton esprit.

Elle fronce les sourcils, mais je fais mine de ne pas le remarquer et je reviens dévorer son sexe. Dans un grognement, elle peste :

— Ne perds pas trop de temps. Je risque de m’endormir…

J’écrase son clitoris sous ma langue jusqu’à ce qu’elle étouffe un petit cri de surprise. C’est qu’elle me sous-estime, cette petite saleté ! D’autant plus déterminé à lui en faire voir de toutes les couleurs, je me déchaîne entre ses cuisses. Elle se tend et son souffle s’emballe. Quand elle se met à jouir, je me régale. Quel son ! Contrairement aux filles que je ramène des bars, Amy est vraie. Elle ne fait pas semblant de jouir. Je m’arrête pour lui jeter un air malicieux, le visage complètement trempé.

— Alors, ce plafond ? Il est bien ?

— Oh… bordel, retournes-y !

Satisfait par son impatience, je replonge et je mets toute mon expérience à profit. Pour avoir léché tant de chattes, il faut bien que ça paie ! Aussitôt, elle se met à se tortiller et sa main m’emprisonne entre ses cuisses. Ses ongles m’indiquent que sa chute approche. Oh ! Putain ! J’adore ! Je pourrais m’arrêter, juste pour l’entendre hurler de rage, mais comme j’ai l’intention de la baiser, juste après, autant lui donner sa petite gâterie. Elle sera d’autant plus réceptive… 

— Oh… bordel de merde ! Oui !

Elle jouit comme une folle, en me retenant là, la bouche collée à son sexe. Essoufflé, je demande:

— Alors, ce plafond ?

Elle glousse avant de chercher mon regard.

— C’était pas mal. Je crois même que j’y ai vu des étoiles.

Sara Agnès L.