Un peu de chaleur en attendant l’arrivée du printemps? Une petite baise impromptue pour la belle Emma, cruellement en manque dans cette histoire, qui a vite fait de dégoter un bel étalon. Chaud, chaud, chaud!

Peter me tire vers lui, guide mon bassin, visiblement avide que je vienne m’embrocher sur lui, ce que je fais lentement, pour savourer la grosseur de son sexe qui s’emboite divinement dans le mien. Cette fois, hors de question qu’il me lâche avant que je ne prenne mon pied ! Je m’active, doucement, mais il me ramène prestement vers lui. Comme je lutte contre le rythme qu’il m’impose, il gronde :

— Accroche-toi à moi.

Avec une aisance incroyable, il se redresse en me retenant par les fesses. Étonnée par sa force, je noue mes bras autour de son cou jusqu’à ce qu’il vienne me plaquer au mur. Mes yeux se ferment sous l’impact de cette première pénétration, puis Peter nous entraîne doucement vers le sol, nos corps toujours liés et mon dos collant désagréablement au mur. Dès que la hauteur lui convient, il se remet à me prendre avec une fougue de tous les diables, comme ça, dans une position qui doit lui tuer les jambes. Tant pis pour lui. Je ferme les yeux, étourdie par les sensations qu’il fait naître dans mon corps, et mes doigts s’accrochent à ses magnifiques épaules.

— Pitié, n’éjacule pas trop vite ! soufflé-je.

Un rire confiant résonne près de mon oreille, puis une question qui ressemble à une promesse :

— Toi et moi, on se fait une virée au septième ciel, ça te va ?

En guise de réponse, je geins et mes cuisses se serrent autour de ce corps qui s’impose lourdement. Lorsque son sexe s’éloigne du mien, il baisse les yeux avant de revenir me prendre en observant la scène, puis recommence l’opération. Je suis en équilibre sur ses jambes, complètement écartelée et je retiens mon souffle chaque fois qu’il revient en moi. Quelle position bizarre ! Pourtant… j’adore ça !

— Touche-toi. Je ne te dis pas comme ça m’excite, marmonne-t-il en continuant son petit rituel.

Je garde une main sur sa nuque tandis que l’autre glisse prestement sur mon clitoris. Je le fixe pendant qu’il contemple mes doigts qui dansent, ramenant son sexe en moi, et déclenchant un flot de sensations qui m’enivrent.

Pendant une bonne minute, Peter fixe mes gestes en me pénétrant doucement, puis il brise son mouvement parfaitement synchronisé pour m’arracher un cri en me prenant par coups secs, avant de revenir à son rythme initial. Je deviens empressée et je me branle de plus en plus vite. Cette fois, Peter me suit dans ma folie et accélère ses pénétrations.

— Oui, ma belle… vas-y, m’encourage-t-il pendant que je me mets à gueuler.

Sara Agnès L.

SOS Fantasmes